Un oeil sur… La vie en van

Déjà 5 mois depuis mon premier « oeil » en Australie, je n’ai pas vu le temps passer (c’est bon signe) et je m’en excuse…

Pour une fois je ne suis pas en direct de Bernard, mais de Josephine, une caravane plus confortable (et plus chaude car plus isolée) que nos adorables fermiers chez qui on travaille nous paient dans un camping charmant!

En direct de Joséphine donc, après une journée de récolte de pomme de terre commencée à 5h45 (oui oui du matin) et finie à 18h (oui oui de l’aprem!)… ça pique!

Car non, notre vie en Australie ne se cantonne pas à faire des super randos, du snorkeling sur des magnifiques plages et manger des succulents fish & chips. Pour financer tout cela nous travaillons régulièrement sur des périodes plus ou moins longues, en fonction de notre motivation, des conditions de travail et de notre besoin d’argent… Donc me voici ici, les habits encore plein de poussière du champ, mais très content de vous écrire cette nouvelle petite page…

DSC01084

Dans ce nouvel « opus » je vais vous prêter mon oeil pour découvrir le quotidien de la vie en van.
Pour cela je vais aborder différents aspects pratiques:

Sur la route

Haaa la route en Australie c’est tout une histoire, un pays immense avec des routes interminables et très souvent parfois des immenses nids de poules pour checker votre attention. Ils sont joueurs ces Australiens !
Bien sur le point le plus important c’est qu’ici comme chez nos meilleurs ennemis amis britanniques, on roule à gauche, ce qui est très stressant en y pensant avant d’essayer, mais se révèle très simple après 1h de route. Je commence même à me demander si je ne serai pas perturber quand on reviendra en France.
Le deuxième point important c’est comme je le disais: l’état des routes. Les grandes et longues routes importantes sont la plupart en bon état (mis à part ces nids de poules…) mais vous pouvez avoir à tourner sur une route un tout petit plus petite sur la carte et vous retrouver sur une piste de terre rappelant une spéciale du Rallye du Maroc 2007 avec la Citroën C4 de Sébastien Loeb.

thumb_IMG_3611_1024

Autre énorme différence avec l’Europe c’est la taille des camions, ici un camion peut tracter jusqu’à 4 énormes remorques, et donc peuvent atteindre la longueur de 54m… Pour doubler il faut avoir pas mal de visibilité (à vue de nez 3km ^^), mais avec Bernard de toute façon on ne double pas souvent.

Pendant nos longs trajets, nous essayons d’avoir une moyenne de 650 à 800km dans la journée, en prenant des pauses régulières. Heureusement nous avons un frigo branché sur un inverter, le tenant frais pendant qu’on roule, ce qui nous permet de boire de l’eau fraîche sur la route, ce qui n’est pas du luxe ici.
Et puis rouler est le meilleur moyen d’observer énormément d’animaux… hélas souvent morts sur le bord de la route.

DSC00519

Je n’avais jamais vu ça auparavant… lors de certains trajets nous avons pu voir une quarantaine de kangourous écrasés sur une étape de 200km… Pas très ragoutant… Mais le pire était de voir des vaches (oui oui des vaches), tapées probablement par des énormes pickup ou des camions sur le bas côté… beaucoup plus impressionnant. Dans le désert énormément de champs sont tellement immenses que les animaux se baladent un peu n’importe où et souvent près des routes, donc il arrive régulièrement de croiser des vaches, des émeus etc…

Pour dormir

En Australie, il est interdit de dormir toute la nuit sur une aire qui n’est pas prévue à cet effet, même sur un parking… Il y a heureusement régulièrement des aires de campings payant ou non… Dans un but d’économie, nous privilégions la plupart du temps des « free camps », certains sont juste un parking où il est légal d’y rester dormir, d’autres ont des toilettes (ce qui est déjà mieux) et d’autres encore sont munis de toilettes et de douches (le paradis du backpacker!)

IMG_E2853

Pour nous guider nous utilisons une application de téléphones appelée Wikicamp, qui répertorie tous les spots de camping du pays et, à l’instar de Tripadvisor, les utilisateurs peuvent mettre des commentaires et des photos ce qui permet d’éviter certaines fois de faire un détour de quelques centaines dizaines de kilomètres pour arriver dans un taudis insalubre et parfois même dangereux.

DSC09697

La plupart du temps, nous essayons d’arriver avant la tomber de la nuit pour nous installer tranquillement et avoir le temps de cuisiner. Bernard étant vraiment très pratique, il est super simple de passer de la position « salon » en journée à la position « nuit » comme je l’avais expliqué dans « un oeil sur… BERNARD », ce qui, après une longue journée de route est vraiment sympa!

thumb_IMG_3567_1024

En règle générale nous sommes en sécurité, exception faite d’une nuit dans le désert où nous étions seuls sur une immense aire. Nous avons entendu du bruit mais impossible de voir quelque chose, nous ne nous sentions pas du tout tranquille, comme si quelqu’un rodait aux alentours de Bernard, et notre intuition était sûrement bonne car au matin, bien que n’ayant pas été « embêtés » directement, le mystère d’une culotte de Laura qui était étendue à l’avant côté passager et que l’on a retrouvé à deux mètres derrière Bernard de l’autre côté (alors que cette nuit là aucune brise n’était présente à notre grand dame aux vues des 30 degrés) reste à ce jour inexpliqué… un peu flippant… mais je suis là pour écrire cette anecdote ce qui est le principal!

Faire à manger

Ceux qui ont la chance de connaître la rédactrice en chef de ce blog, savent que je suis très chanceux de vivre avec une cuisinière accomplie et douée, donc la cuisine était un point essentiel dans notre choix de van.

Bon je calme tout le monde, on est dans un van de 4m2 donc c’est pas les cuisines du Ritz niveau espace et équipement mais elle on se débrouille très bien avec le peu que l’on a.

Pour cuisiner nous avons un « gaz cooker » alimenté par une bouteille de gaz, vraiment très pratique. La plupart du temps nous cuisinons dehors, quand il pleut nous plaçons la cuisine sous le coffre pour être à l’abri… Lorsque nous sommes branchés nous avons aussi la possibilité d’utiliser le micro-ondes, plutôt gadget (mais il était dans le van lors de l’achat), mais qui prend tout son sens lorsque Laura nous concocte le dimanche matin des succulents mugcakes!!! (MIAM)

thumb_IMG_E3673_1024

Nous avons la chance de pouvoir manger à l’intérieur du van, ce qui est également un luxe, surtout quand il pleut, qu’il y a énormément quelques mouches ou autres moustiques gros comme le poing.

Niveau menu, on tourne sur quelques repas bien sympas, Risotto, chili con carne, bacon and egg muffins, mais notre must (minimum 3 dans la semaine) reste le spaghettis/oeufs aux plat. Cependant en ce moment ce délicieux plat est concurrencé par des plats à base de pomme de terre dans un but d’économie de changement car elles nous sont offertes à notre travail.

Se laver 

Notion extrêmement importante quand on voyage, l’hygiène… Oui car comme mentionné plus tôt, les aires sur lesquelles nous nous arrêtons pour passer nos nuits sont souvent gratuites et rarement dotées  de douche… C’est pourquoi nous avons acheté dès le début de notre périple avec notre beau BERNARD une douche solaire (8$ à Kmart, le prix de la bonne odeur en voyage), ce qui nous permet de prendre une douche plus ou moins chaude en fonction du temps.

thumb_IMG_E2978_1024

Autre astuce de clodo backpacker, quand nous voyageons sur la côte, 80% du temps en Australie, il est très facile pour nous de prendre des douches à la sortie des plages.

Et dernière solution pour rester propre: les douches parfois gratuites des stations services.
Et vraiment quand aucune des solutions précédemment évoquées n’est envisageable il reste la toilette de chat à l’aide de lingettes de bébés.

Tout ce chapitre pour vous rassurer, la plupart du temps, nous sentons bon et nous sommes propres (il est important de rassurer nos mamans!)

Maintenant passé tous ces aspects très concrets et techniques de la vie dans notre bon vieux Bernard, venons en au principal atout: LA LIBERTÉ!!!

IMG_3620

OUI, la liberté de bouger quand vous le voulez, de ne pas rester à un endroit mais d’aller 10, 20, 30, même 200km plus loin, d’aller jusqu’à la mer, jusqu’aux montagnes, de s’arrêter quelques heures ici précisément parce qu’il y a des koalas dans les arbres juste au dessus ou des kangourous dans le pré d’en face… La liberté de se laisser porter par la musique souvent toujours d’excellente qualité!

Vivre en van c’est avoir le confort de s’endormir tout les soirs dans le même lit de la même chambre mais avec une vue tous les jours différentes par la fenêtre…

thumb_IMG_3739_1024

Il nous reste encore 5 mois à voyager en Australie et je n’échangerais Bernard pour rien au monde!

Voila comment je pouvais vous expliquer et vous faire découvrir notre vie actuelle à bord de notre Bernard, promis le prochain Oeil de Pat’s ne mettra pas 5 mois comme celui ci pour arriver!

4 commentaires sur « Un oeil sur… La vie en van »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s