I love You Kangaroo Island

Ce récit aurait pu ne pas exister et s’intituler «comment nous ne sommes pas allés à Kangaroo Island ».

En effet, la veille du départ alors qu’on s’apprêtait à se coucher et que, ironie du sort, je venais de taper la dernière phrase de mon précédent article (celle ou j’explique à quel point j’ai hâte d’être la bas), la porte latérale de Bernard nous a lâché…

Nous exposant à plusieurs problématiques 1/ trouver un mécanicien pas trop loin car 2/ comment conduire prudemment sans arracher la porte 3/ ce mécanicien pourra t-il réparer la porte assez vite pour qu’on puisse avoir notre ferry de 15h le lendemain ?

Après une nuit blanche, on s’est rendu à l’ouverture du garage le plus proche, Pat’s conduisant au ralenti, moi à l’arrière retenant la porte grâce à un astucieux système de contre poids (= moi pendu à une ficelle fixée comme on pouvait à la porte…).

Bref, si cet article a pour titre « I love you Kangaroo Island » c’est bien sur parce qu’on a réussi à résoudre les trois problématiques énoncées plus haut et surtout parce qu’on est tombé sur le plus cool des mécaniciens qui nous a réparé ça en 30min et sans rien demander en retour (malgré les regards très appuyés de son boss 10m plus loin).

Il nous a donc évité de nous asseoir sur nos 300$ de billets de ferry et nous a aussi épargné quelques frais sur Bernard…

Passé cette petite frayeur, nous avons donc tranquillement embarqué pour KI ou nous attendait notre second HelpX.

Parlons-en de notre HelpX !! Je pense qu’il n’est pas étranger à notre coup de coeur pour KI.

On a, encore une fois, eu beaucoup de chance et sommes tombés sur un couple qui jouaient vraiment le jeu en nous intégrant vraiment à leur quotidien et en nous donnant pleins de bonnes infos pour visiter l’île au mieux.

1er soir, on se retrouve donc à dîner sur la plage d’Emeu Bay avec au menu: crabe frais, fromage maison et vins… On se régale après avoir piqué une tête dans l’eau. Extrême plénitude…

Leur mode de vie nous a énormément plu et inspiré, puisqu’en plus de leur travail respectif, ils possèdent une mini ferme: oies, poules, canards, chèvres, vaches, potager… Lui est un fan de pêche, et elle de cuisine. On a donc passé 12 jours à se nourrir de poissons frais, fromage maison, canard, risotto … (on a failli reprendre nos kilos perdus !!)

Nos tâches étaient elles aussi plutôt cool, puisqu’il s’agissait de s’occuper du jardin et aider en cuisine (tellement heureuse de pouvoir cuisiner des choses plus élaborés que spaghetti/oeuf).

Entre les tips pour visiter l’île et les activités qu’ils ont partagé avec nous, ils ont vraiment fait de KI un des plus beaux moments de notre séjour en Australie.

Comme le jour où on est parti pêcher en mer. Pat’s en rêvait depuis qu’il avait compris que Johannes avait son propre bâteau. On a commencé par la pêche aux crabes. On était comme des gosses, trop fièrs de nos prises, à sautiller car on avait peur de se faire pincer (pas envie de faire une Fred Chesneau).

Puis on passe au sérieux, Pat’s, René et Johannes s’arment de cannes à pêche pendant que je me contente de sortir les prises de Johannes comme on ferait avec une enfant de 6ans. Seulement j’ai vraiment envie d’apprendre alors je décide de m’y mettre à fond. Ça tourne à la compèt’ avec Pat’s bien sûr, et je suis fière de pouvoir afficher ici un 3-1 pour ma personne et entraîner pour Pat’s le risque de se faire renier par toute sa famille de pêcheurs émérites dans l’Indre.

Victoire mise à part et dans un registre plus sentimentale, c’est sur le bateau que je prends réellement conscience de la chance qu’on a d’être ici et des incroyables moments que cela nous amène à vivre.

Et l’île dans tout ça ??

Elle est à l’image de l’Australie, grande et peu peuplée (4500 habitants), ce qui la rend encore assez sauvage et très bien préservée.

Grâce à un emploi du temps peu chargé et un weekend de 3 jours complètement dédié à son exploration, on a bien profité de ce qu’elle avait à nous offrir. À commencer par ses plages, dont voici notre top 3:

1/ WESTERN RIVER COVE

Elle est arrivée telle une bénédiction dans notre échappée de 3 jours. Il faisait plutôt gris depuis notre départ (alors qu’on jardinait en plein soleil depuis 1 semaine) et un peu frais pour se jeter à l’eau. Par chance, le temps de se rendre là bas, le ciel s’est dégagé. On longe une petite rivière avant de déboucher sur notre éden pour l’après midi. Nous sommes seuls au monde, aucune maison sur les collines d’herbes brulées qui entourent la crique. On grimpe la falaise sur le côté de la plage pour admirer la vue et on finit par une baignade bien méritée. Autant de beauté pour nous tout seul, c’était le paradis.

thumb_DSC00292_1024

thumb_DSC00283_1024

thumb_DSC00310_1024

DCIM100GOPROGOPR1540.

2/ STOKES BAY

C’est sur les bons conseils de notre HelpX qu’on se rend la bas. On passe par un tunnel de 20m dans les falaises avant d’arriver sur la plage. L’avantage est qu’elle est divisée en deux parties, avec un bassin rocheux, sans vagues, sans courants (parfait pour les pioupious comme moi) et une plage de sable plus agitée.

thumb_DSC00198_1024
thumb_DSC00203_1024

thumb_DSC00215_1024

3/ EMEU BAY

Nous y sommes allés deux fois avec notre HelpX, le soir de notre arrivée et après une matinée à planter des vignes. Cette plage de sable blanc de 5km, sans courant, sans vagues, où l’on a pied partout était parfaite pour se rafraîchir après une longue et chaude journée (de voyage ou de travail). Dans ces moments la, on a juste envie de se détendre et de profiter, ce qui explique l’absence de photo…

Mais bien sur, KI ce n’est pas que des plages. La pointe Ouest de l’ile est occupée par le Flinders Chase National Park, encore très sauvage, une bonne partie du parc n’est accessible qu’en 4×4. On galère sur des pistes damées qui font trembler notre pauvre Bernard de tout son être. On remercie le ciel quand on retombe enfin sur une route goudronnée.

On passe la nuit dans le parc. Dans un élan healthy, Pat’s décide de partir en reconnaissance de la rando qu’on doit faire demain et la fait donc en courant… (il faut bien éliminer les risottos !!). Je reste tranquillement à observer les kangourous et wallabies autour de notre campement (moi je ne fais pas d’effort, j’ai peur que mes amis ne me reconnaissent pas en rentrant ^^).

1er désagrément de notre séjour, une invitée surprise durant cette nuit dans le National Park. Parce que bon, nous on débarque de notre Victoria, civilisé, goudronné. Alors quand on arrive en plein milieu d’une forêt humide et remplie d’animaux en tout genre, on ouvre en grand le van pour qu’il prenne l’air …

Et on se retrouve à tuer une araignée grosse comme ma main (bien velue, avec un énorme corps et des grandes pattes qui tricotent) à la cuillère en bois alors qu’on était tranquillement en train de s’endormir.

La vie sauvage ayant ses limites, ou plutôt, nous ayant nos limites avec la vie sauvage. Cette mésaventure a eu 2 conséquences: 1/ toujours mettre un petit coup de lampe torche au plafond avant de dormir, ça n’évite rien mais ça me rassure (Pat’s appelle ça un TOC) 2/ L’élaboration de moustiquaires DIY pour Bernard (comprenez, nous customisant notre moustiquaire de lit du Sri Lanka à grands coups de ciseaux).

Le lendemain, départ pour notre rando. Une des plus jolies que j’ai pu faire jusqu’a présent.  Puis on reprend la route avec notre fidèle Bernard, pour faire un saut aux Remarquable Rocks.

IMG_3381
thumb_DSC00350_1024
thumb_DSC00388_1024
thumb_DSC00355_1024
thumb_DSC00392_1024
thumb_DSC00401_1024

(Vous noterez qu’on est pas exactement sur la même nuance de bleu en ce qui concerne le ciel, on tire même carrément sur le gris. Mais l’Ouest de l’ile est beaucoup plus humide. Et si la partie Est nous rappelait un peu la Corse, la partie Ouest évoque quant à elle, un peu plus l’Irlande).

Pour terminer notre visite du parc, on se rend à l’Admirals Arch. Outre la beauté du site, on y découvre une colonie d’otaries à fourrure de Nouvelle Zélande. Et on se dit qu’on a trouvé encore plus pépouze que nous (bon c’était avant d’apprendre qu’elles servaient souvent d’apéro aux requins).

thumb_DSC00440_1024

Enfin sur le chemin du retour, on fait un stop à Little Sahara, sorte de mini désert de sable au milieu de l’ile. Le site propose des sortes de body bord pour dévaler les dunes mais devant maintenir certaines priorités dans notre budget, on décide de faire sans. Presque un mois plus tard, il m’arrive encore de retrouver du sable dans le short que je portais ce jour là ^^.

DSC00472
DSC00481
DSC00487
DSC00491

Toutes ces raisons font définitivement de Kangaroo Island un des moments phares de notre roadtrip en Australie.  Pour ne rien gâcher, on a aussi passé un super moment dans la Brewery de l’île, où on a pu déguster d’excellentes bières pour un prix enfin raisonnable.

IMG_E2718

J’espère que ce récit vous aura plu et aura bien retranscrit notre coup de foudre pour cette île. À venir, une petite vidéo bien sûr !!!

Pas d’inquiétude, la fameuse araignée n’y apparait pas en guest star !!

DSC00502

5 commentaires sur « I love You Kangaroo Island »

  1. Comment ne pas tomber sous le charme de ses splendides paysages ?
    La couleur de l’eau est juste incroyable et on a l’impression que le soleil chauffe exactement comme il faut..
    Une sorte de Paradis…
    Continuer à nous faire rêver avec ces magnifiques reportages.
    Des milliers de bisous pour vous.
    Les vieux.

    Aimé par 1 personne

Répondre à Lolo Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s