THE GRAMPIANS

Dans mon dernier article, je vous avais laissé avec nous filant vers le nord, direction les Grampians.

Après l’agitation touristique de la Great Ocean Road, je dois avouer que notre passage dans les Grampians a sonné comme une vraie parenthèse enchantée, entre calme, verdure et kangourous.

À 3h de route de la côte, les Grampians forment une petite chaîne de montagnes dans l’état du Victoria. C’est une région très appréciée pour ses bushwalking et ses spots d’escalade.

On en avait jamais entendu parler avant notre HelpX de Melbourne mais les descriptions qui nous ont été faites nous ont convaincu d’y aller. D’autant plus, que Mitch nous avait gentiment donné toutes les indications afin de trouver sa maison de campagne là bas (pas de galère à chercher des freecamps = danse de la joie).

On part donc avec pour seule indication une carte improvisée par Joël pour trouver la-dite maison.

À mesure qu’on s’enfonce dans les terres, on enchaîne différents paysages, toujours à perte de vue, des villes fantômes avec juste une poste et une pompe à essence. Avant qu’au loin, on commence à distinguer les massifs montagneux.

La route d’accès par le sud est vraiment magnifique. Et pour une fois, on profite de la meilleure période pour visiter puisque c’est la saison des fleurs sauvages.

On se dirige donc vers la maison de Mitch, avec un peu d’appréhension tout de même.En effet, c’est nos débuts avec Bernard, la route pour s’y rendre passe du bitume au gravier et finie par une piste (on se rassure en se disant que si ça n’avait pas été accessible en van, on nous l’aurait dit).

Et après 15min de piste, on arrive devant un étroit chemin dans la forêt. C’est là ? c’est pas là ? En même temps, à part une ferme à 300m, c’est le premier truc qui pourrait ressembler à l’entrée d’un terrain.

On s’engouffre dans le chemin, Bernard se prend quelques branches, on retire un arbre qui nous barre la route (le portail ?), ça s’agite autour de nous: des kangourous. On n’est pas encore arrivés qu’on en a déjà vu une dizaine.

Enfin, on y est !!! 

Ce que j’avais imaginé comme une maison de famille, s’apparente plus à une cabane DIY (mon côté bourgeoise je présume). On hésite toujours, est-ce qu’on est au bon endroit ou est-ce qu’on va voir surgir un rednek prêt à nous mettre un coup de 12 ??

Finalement, on repère quelques signes distinctifs qui nous confirme que, ça y est, on est bien chez Mitch !!!

Vient alors une seconde problématique… On nous avait dit qu’on verrait des kangourous, mais là, ils sont vraiment PARTOUT !!!

On repère même une maman avec le petit dans la poche, oooohhhh troooppp chou, avant qu’on entende pour la première fois, le bruit du kangourou.

Et bien, c’est un grognement, assez fort, qui nous fait nous planquer dans la cabane.

Avant de rire, il faut nous imaginer, tous les deux dans le bush, entourés d’animaux sauvages dont on ne connaît pas bien le caractère, qui grognent en plus…

Bref, après une courte phase d’observation (mutuelle !! le kangourou est curieux), on décide de reprendre l’installation de notre campement. Et après 1h passée ici, on prend nos aises, on lance un feu, on fait une lessive, on s’ouvre une bière et on profite du hamac.

DSC09706
IMG_2434
DSC09724

On aurait clairement pu passer notre semaine ici, tant on s’y sentait bien. Mais c’était quand même dommage de ne pas profiter de la région.

J’aimerais pouvoir vous faire un article aussi détaillé que pour la GOR mais les Grampians couvrent une bien plus grande superficie, aussi nous nous sommes contentés de faire les sites les plus importants autour d’Halls Gap (déjà à 40min de route de notre campement).

MACKENZIE FALLS

Les bons petits plats dégustés les deux mois précédents notre départ ayant anéantis toute condition physique de mon côté, on commence par une petite randonnée vers les MacKenzie Falls. Beaucoup de monde (ce qui prouve le degré de facilité), mais une fois au pied des chutes on peut suivre un chemin sympa longeant le cours d’eau.

Sur le chemin du retour, on prend des infos sur une autre rando (plus costaude cette fois) qui nous intéresse. Trop tard pour la commencer aujourd’hui, on se la garde pour demain. Déception palpable pour Pat’s, soulagement intérieur pour moi.

DSC09733
DSC09755

LAKE BEDFIELD

En rentrant, on prend quand même le temps de s’arrêter au bord du lac Beldfield avec pour intention première de s’y baigner. Oui car contrairement à Melbourne et la Great Ocean Road, ici il fait beau & chaud.  Pas de bain pour nous finalement, mais on apprécie vraiment la beauté et le calme de l’endroit. Et c’est l’occasion pour nous de voir des centaines de cacatoès et nos premiers émeus (emblème de l’Australie tout de même).

DSC09814
DSC09828

PINNACLES

Notre grosse rando donc. On part tôt histoire de ne pas trop souffrir de la chaleur et du soleil, qui tape bien pour un début de printemps.

Rien d’insurmontable finalement (les parents de Pat’s doivent bien rire en voyant que j’appelle « grosse rando » une marche de 4h), une ascension avec un dénivelé correct sur un chemin au début dans la forêt et pour finir sur des sols volcaniques (qui nous rappelle le piton de la fournaise à la Réunion). On reste un moment là haut à profiter des différents points de vue, faire des photos souffler un peu.

DSC09837
DSC09865

Voici donc les 3 spots méritants le plus un petit paragraphe dans cet article, somme toute assez court puisque le reste de notre séjour, on le passera à faire des feux de camps, des randos au milieu des fleurs sauvages et des ballades en van à la recherche de bons points de vue.

DSC09781
DSC09790

On a aussi bien profité des kangourous, qui étaient là tous les matins à notre réveil et tous les soirs pour notre « temps calme ».

Je confesse qu’on a peut être un peu« expédié » les Grampians, mais on était obnubilé par le fait de trouver un travail. C’est donc à regret qu’on quitte notre petit éden, direction Mildura.

Et voici donc l’histoire (à tiroirs haha), de comment on a trouvé notre 1er travail en Australie. Souvenez vous, on avait été un peu échaudé par notre échec sur la GOR. Ça a quand même le mérite de nous faire comprendre qu’on bossera peut être pas aussi facilement qu’on veut, aussi on décide de se rendre à Mildura.

Mildura, c’est l’endroit où tous les backpakers te disent de ne pas aller, majoritairement à cause des « contractors », ces gens qui te trouvent du travail en échange d’une commission (plus ou moins connue) sur ton salaire. Le mot « mafia » sera même plusieurs fois employé ^^.

Pourquoi aller là bas donc ? Et bien parce que l’avantage est qu’il y a du travail quasi toute l’année. On essaye d’esquiver les contractors (ces sheitans), en nous rendant à la MADEC (sorte de chambre de l’Agriculture). Malchance totale, on nous explique que le printemps tarde à arriver… et qu’il n’y a donc pas de travail pour l’instant, peut être dans une semaine mais rien de sur.

Par contre, on nous dit qu’a Shepparton, c’est sur, ils cherchent du monde. Pour les australiens, Shepparton c’est la porte à côté (4h de route), pour nous qui venons déjà d’en faire 4 ça l’est un peu moins … Alors on appelle histoire d’être sur. On nous confirme qu’ils cherchent du monde et on nous donne rendez vous le lendemain.

Voila, comment on se retrouve à faire du « thinning » (taille d’arbre fruitier). Pour la faire courte (j’essaye ^^). C’était un travail payé au rendement, pas physiquement éprouvant mais le salaire annoncé à notre embauche (plutôt attractif) n’a fait que diminuer et a été soumis à de plus en plus de conditions au fur et à mesure des semaines.

On y restera presqu’un mois avant de décider que ça n’en vaut plus la peine. Tout ce temps, on est restés à Numurkah (4619 habitants), dans un caravane park avec douches, machine à laver et électricité pour Bernard (bière fraîche tous les soirs, le LUXE).

Pour ne garder que le positif de ce mois passé au milieu de nulle part,dans une région sans réel charme & attrait, je garde de Numurkah: les oiseaux à tête bleue venant réclamer à manger jusque sur les pas de porte, les opossums, les envols de chauve souris à la tombée de la nuit et les couchers de soleil sur la rivière dont on profitait tous les soirs.

thumb_IMG_2571_1024
thumb_IMG_2592_1024

C’est donc le coeur léger qu’on quitte Numurkah et qu’on reprend notre roadtrip (pas sans avoir customisé un peu Bernard avant le départ).

thumb_IMG_2584_1024

Le programme est le suivant: on a 2 semaines pour se rendre à Kangaroo Island pour notre second HelpX.

Et on compte bien y aller penardo comme des renardos.

3 commentaires sur « THE GRAMPIANS »

Répondre à Catherine Charraud Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s